Même sans DSK il y avait quelques candidats intelligents...
Il est inutile de critiquer les citoyens qui ont élu le président actuel : toutes les variantes des systèmes démocratiques aboutissent toujours à un pouvoir faible, mou et corrompu. C'est inévitable, c'est humain et c'est lié à une longue période de paix qui ne demande pas de personnalités fortes, qui les craindrait plutôt. Les puissants aiment disposer de personnes faciles à manipuler.

Le génie des Pères fondateurs de la première démocratie moderne, celle des USA, a mis plusieurs siècles pour se corrompre totalement et même Obama, qui avait si bien débuté (2), n'est plus qu'un pantin désarticulé et manipulé.
Et la question urgente est : y a-t-il une solution, un moyen d'éviter la corruption et la mollesse, pour la France et les démocraties en général ? Comment garder une démocratie en vie ?

En Suisse, peu d'hommes politiques attirent l'attention. Il faut vraiment qu'ils soient dynamiques et brillants comme Oskar Freysinger pour qu'on parle d'eux. Les soucis et intérêts du peuple suisse ne vont pas vers des hommes mais bien vers des idées. Le Suisse étant responsable de son avenir, il ne s'intéresse que fort peu à des politiciens qui sont là pour les affaires courantes et pour exécuter la volonté du peuple suisse. Le politicien suisse ne s'impose pas, il fait son travail et s'il ne le fait pas correctement, les Suisses peuvent le renvoyer à tout moment.

Nous pourrions nous contenter de rêver de la démocratie directe selon le modèle suisse... à vrai dire, il ne faut presque rien changer à nos constitutions pour pouvoir adopter la démocratie directe à la suisse. Il faut introduire le référendum totalement souverain (3). Il doit être bien précisé dans la constitution qu'aucune disposition ne peut passer outre aux décisions du peuple et qu'aucun domaine , quoi qu'il arrive, ne peut être exclu car il faut malheureusement bien constater que les variantes connues ne sont pas intéressantes. En Allemagne la démocratie directe est exclue au niveau fédéral, en Californie la justice peut décider de la validité d'un vote, en Italie le peuple est exclu de pans entiers de l'exercice du pouvoir...
Même en démocratie directe selon le modèle suisse, l'appareil politique s'attaquera sans cesse au pouvoir du peuple mais il ne tient qu'au peuple, dans une lutte permanente, d'éliminer les initiatives des puissants pour l'exploiter.

(1) La physiognomonie est un mot épouvantable pour désigner l'art de connaître le caractère des hommes d'après leur physionomie (Lexis)
(2) Son ministre de l'énergie, le prix Nobel Steven Chu, avait immédiatement éliminé tous les programmes fédéraux de pur vol – très nombreux et organisés par de grandes firmes célèbres aux mains de mafias – et, au contraire, renforcé toutes les initiatives prometteuses.
Steven Chu a disparu pour le second mandat d'Obama, les dollars sont à nouveau (presque) tous jetés dans les poches mafieuses, programmes éoliens et photovoltaïques fleurissent...
(3) 50.000 signatures permettent en Suisse de remettre en question une des lois votées par le Parlement. Le peuple est informé et s'informe pendant 6 mois avant une votation. 100.000 signatures permettent de proposer une nouvelle loi... L'histoire montre que les décisions du peuple sont plus intelligentes que celles de ses élus et quel que soit le domaine !